Comme l’explique si bien l’article sur notre structuration et nos processus, nous sommes axés sur une industrialisation de nos méthodes de travail.

Donc, il y a quelques années, nous avions fait le choix de l’utilisation du logiciel VirtualBox pour nos environnements de développements. Pour se conformer à notre charte industrielle,  nous avons donc isolé nos outils/services dans des machines virtuelles. Cette isolation s’est faite au fur et à mesure, et ces machines virtuelles ont été installées sur des machines de bureau qui étaient recyclées en serveur. Et puis, comme tout le monde, le temps manquants, nous nous sommes jamais posés pour optimiser tous ces petits « serveurs » aux caractéristiques si différentes. Lors d’une coupure de courant ou de liaison Internet, il fallait refaire le tour de toutes les machines pour voir si tous les services étaient opérationnels, cela commençait à être pénible. De plus, l’activité grandissante de notre activité, nos machines virtuelles consommaient de plus en plus de RAM et les accès disques, bêtes noires des machines virtuelles, augmentaient pour compenser une mémoire limitée.

Afin de gagner du temps, nous avons choisis d’investir dans un nouvel ordinateur afin de centraliser toutes nos machines virtuelles et se doter d’un « vrai » serveur avec la possibilité de donner plus d’oxygène RAM, à nos machines virtuelles. Nous basculerons plus tard, nos services dans des containers plus léger en utilisant le logiciel Docker.

Notre choix c’est donc porté sur le fournisseur Dell qui fournit du matériel de qualité professionnelle, un support sur site très satisfaisant et peux faire du financement en location, ou location/vente. Cela peut être utile quand votre banquier met un peu de temps à répondre 🙂

Nous avons donc établi une liste de nos critères :

-Un ordinateur silencieux (Cette machine est stockée dans un bureau avec du personnel)

-De la RAM minimum 16Go (Les machines virtuelles ça aime bien la mémoire)

-Résistance à la défaillance d’un disque dur (On ne sait jamais…)

-Pas de carte vidéo dédiée (C’est un serveur)

-Pas de licence Windows (Faire fonctionner VirtualBox /Docker sous Linux c’est plus facile – Et puis l’Open Source est dans nos veines).

 

Lors du choix de cet ordinateur, sur le site Internet de Dell, nous avons écarté la rubrique « Serveurs et Stockage » car ces ordinateurs sont destinés à être stockés dans des baies dans des pièces dédiées et donc assez bruyants.

Les ordinateurs de bureau et tout-en-un plafonnaient à 8 Go de RAM.

Il nous restait plus que les stations de travail. La station Dell Precision 5820 Tower avait l’air de remplir de nombreux critères. Mais lors de la sélection d’une carte RAID matérielle, cela nous désactivait la possibilité d’avoir un système avec la distribution « Ubuntu Linux 16.04 FI WW« .

Nous avons donc contacté le service client Dell qui nous a permis une configuration personnalisée sans système d’exploitation. après nous être assuré auprès du service technique qu’il était possible d’installer une distribution Linux de type Debian auparavant.

Nous avons donc reçu la machine et effectivement elle est silencieuse, excessivement silencieuse. La ventilation de la climatisation fait plus de bruit.

Et c’est parti pour l’installation d’une distribution Debian 9. Et la c’est le début des ennuis. En effet, lors de l’installation, l’installateur de Debian ne détecte pas la carte RAID.

A partir de là, direction le site Internet de Dell pour voir les ressources disponibles, et seul les drivers pour Windows sont disponibles ce qui est parait cohérent avec l’outil de configuration de Dell.

Donc là, direction le site Internet du fabricant Broadcom de la carte MegaRAID 9440-8i dans l’espoir de trouver un driver compatible. Pas grand chose à se mettre sous la dent, si ce n’est une driver pour Debian 7 et Debian 8.

Or nous avons besoin de créer un installeur de Debian pour intégrer et pouvoir utiliser ses pilotes lors de l’installation. Mais le driver indique Debian7 , 8 ; Ubuntu 14.04, 16.04; nous avons un espoir de pouvoir installer une ancienne version qui devrait pouvoir accéder nativement à la carte RAID.

Malheureusement, après avoir fait chauffer le support USB d’installation, impossible de détecter la carte RAID avec les distributions Debian 8, Debian 9, Ubuntu 18, Ubuntu 16, Live CD Debian 9, Live CD Debian 8.

Même en lançant l’installation avec support de l’UEFI ou sans UEFI.

Heureusement, un conseil bien avisé et venu de la part de notre voisin, nous avons testé une autre distribution Centos (C’est le logo de l’article du blog de notre agence de développement, c’est bien trouvé non ?),  dans sa dernière version 7, et la après des jours de recherche, c’est miraculeux, l’installeur nous présente la grappe du disque dur du premier coup. Quel soulagement, nous avons un ordinateur fonctionnel. Passé l’installation de divers logiciels, il nous a fallu moins de 4 heures pour migrer tous nos outils sur cette nouvelle machine et éteindre nos anciens « serveurs ».

Donc si vous êtes le propriétaire d’une carte MegaRAID 9440-8i et que vous souhaitez installer une distribution Linux, n’hésitez pas à jeter un œil à des distribution un peu moins connues, cela vous évitera quelques coups de sang :).

 

Par CentOS — https://wiki.centos.org/ArtWork/Brand/Logo, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=45580721